Rechercher

Les troubles de l'érection, une fatalité ?

Le trouble de l’érection est l’incapacité persistante ou répétée d’atteindre ou de maintenir une érection suffisante jusqu’à la complétion de l’acte sexuel. Cette perturbation entraîne une détresse émotionnelle importante ou des difficultés interpersonnelles marquées. Elle n’est pas attribuable à un autre trouble ou à une prise de substance ou une affection médicale générale. (DSM-IV-TR, 2000⁠)

Une étude menée par Lewis et al. (2004) a mis en évidence qu’entre 1 et 9% des hommes connaissent des troubles de l’érection avant l’âge de 40 ans et qu’environ 75% des hommes âgés de plus de 70 ans connaissent également ce type de difficultés.



Si les difficultés liées à l’érection sont positivement corrélées à l’âge de la personne, nous pouvons noter qu’il existe deux types de troubles érectiles, ceux qualifiés de primaires, présent depuis les débuts de la vie sexuelle de la personne et ceux qualifiés de secondaires, c’est à dire qu’ils sont apparus après une période difficile. Ces troubles peuvent être chroniques ou intermittents mais également généralisés ou situationnels.

Les difficultés à maintenir une érection, si elles ne sont pas dues à une cause organique sont souvent liées à l’état d’esprit de la personne et à sa focalisation sur ses difficultés.

Fortement liée à la masculinité et au culte de la performance, l’incapacité à maintenir une érection peut entraîner chez les hommes une baisse de leur confiance en eux et une profonde remise en cause pouvant mettre en difficulté leur équilibre psychique et conjugale (en 2000, Lording et al⁠3. ont montrés que 22% des femmes australienne affichaient une attitude négative quand leur conjoint éprouvaient des difficultés érectiles ; En 2005, Colson⁠ a pour sa part indiqué qu’en France, 24% des femmes éprouvaient de la colère).

Ces difficultés peuvent également impacter leur vie sociale ou sentimentale future (« je n’arrive pas à maintenir une érection, je resterais célibataire toute ma vie car aucune femme au aucun homme ne voudra de moi »).


Quelles sont les causes des troubles de l'érection ?


Sur le plan psychologique, les causes peuvent être multiples : croyances erronées envers les attentes de la ou du partenaire ; interdits culturelles ou religieux, manque d’éducation sexuelle, pression sociale liée au culte de la performance, premier rapport difficile, dégout de la sexualité, peur de l’intimité, du regard de l’autre peuvent contribuer à l’émergence et au maintient de croyances et de convictions qui vont empêcher le fonctionnement sexuel.

Ces pensées invasives vont entrer en confrontation avec la nécessité de laissé-aller lors d’un rapport sexuel et il suffit parfois d’un seul rapport difficile pour que des croyances inhibent les relations futures (« un homme doit toujours avoir envie de relation sexuelle» ; « un homme ne doit pas être impuissant »). Comme indiqué par Master et Johnson (1970) un « effet spectateur » peut s’en suivre, le plaisir d’une relation, le laisser-allé font place à un focus sur leur érection. Hors comment obtenir une érection quand la personne ne prête plus suffisamment attention aux stimulations sexuelles qui s’offrent à lui ?


Un conditionnement négatif lié à la sexualité va donc engendrer un sentiment de honte, d’anxiété, de culpabilité, de dégout et empêcher toute relation. Dès lors, l’anticipation de l’échec supposé entrainera un évitement de toute relation à venir, les stimulations sexuelles seront évitées rendant donc impossible l’érection. Il s’agit d’un cercle vicieux : La peur de l’échec va être angoissante. Pour ne pas être angoissé, il va falloir éviter toutes les situations ou l’échec pourrait se présenter. Si la situation se présente à nouveau, l’angoisse sera encore plus forte et les pensées toutes tournées vers l’érection et non pas sur le désir sexuel.

Le rôle du ou de la partenaire est également important. La personne doit être en mesure d’avoir une perception érotique du partenaire et de maintenir cette perception. Il est dès lors important que les stimuli restent à un niveau suffisant pour permettre à l’érection de se maintenir. Le ou la partenaire doit alors être compréhensif dans les troubles rencontrés et ne pas montrer des signes d’agacements ou de frustration pouvant renvoyer à l’homme l’idée d’un échec attendu.


Quelles solutions aux troubles de l'érection ?


Les solutions peuvent porter sur plusieurs axes : l’éducation sexuelle va pouvoir permettre d’apporter un ensemble d’informations sur le fonctionnement de l’activité sexuelle, les causes du trouble, la place de l’affect dans une relation intime, etc.

La restructuration cognitive va quant-à elle agir sur la modification des croyances erronées que l’individu porte sur lui-même, sur sa sexualité et même sur la sexualité en générale ; la modification comportementale et le reconditionnement auront également un rôle à jouer tout comme la communication au sein du couple.


American Psychiatric Association (2000). Diagnostic and statistical manual of

mental disorders (fourth edition, text revision). Washington, DC : APA.

Colson, M.H. (2005). Les femmes face à la dysfonction érectile : problème d’homme,

regard de femme. Progrès en urologie, 15, 710-716.

Lewis, R.W., Fulg-Meyer, K.S., Bosch, R., et al.,et al. (2004). Epidemiology/risk

factors of sexual dysfunction. Journal of Sexual Medicine, 1, p.35-39.

Lording, D.W., McMahon, C.G., Conaglen, J.V., et al.,et al. (2000). Partners of affected

men : attitudes to erectile dysfunction. International Journal of Impotence

Reseach, 12, p.S16.

2020 © Cédric Foucher - Psychologue Rennes - Mentions légales - Politique de confidentialité