Rechercher

Comment parler des difficultés au travail ?

La crise du coronavirus a pu exacerber les difficultés rencontrées au travail : incertitude envers l'avenir, difficultés organisationnelles (télétravail pouvant devenir éprouvant et limitant la distinction entre son espace de vie et son temps personnel et professionnel, crainte de l'amende pour attestation de sortie mal écrite*), stigmatisation des personnes malades**, absence de lignes claires pour certains secteurs d'activités, etc.


Si ressentir du stress et de l'anxiété est une réaction normale face à une situation anormale, il reste cependant difficile de faire part de ses inquiétudes au travail. Quelques stratégies peuvent être mises en place pour libérer la parole.


Cédric Foucher, psychologue à Rennes

Que partager, à qui et quand ?


Évoquer des difficultés n'est pas simple. La culture de l'entreprise, de la structure, les relations avec ses collègues, sa hiérarchie ou ses subordonnés peut favoriser ou non la prise de parole. On peut parfois avoir le sentiment qu'évoquer certaines problématiques pourraient nous mettre en position de faiblesse et ne pas correspondre à ce qui nous est demandé.


Pouvez-vous identifier les problématiques qui vous touchent au travail afin qu'elles puissent raisonner facilement auprès de votre interlocuteur ou interlocutrice. S'agit-il de difficultés organisationnelles, du temps de travail, de difficultés avec certains collègues ? Réussir à identifier en partie certaines problématiques en amont pourra vous permettre de les exprimer plus facilement et ainsi faire émerger des solutions plus facilement.


Avez-vous des interlocuteurs de confiance au sein de votre structure ? Une personne qui serait à même de comprendre les problématiques que vous rencontrez au quotidien et qui pourrait rester discret sur ces dernières ? Il est possible qu'un ou une collègue de votre structure et même un ou une supérieur hiérarchique connaisse les mêmes difficultés que vous ou puisse les comprendre facilement.


Le moment où vous allez prendre la prendre peut également être important : choisir un moment où vous vous sentez prêt, où vous êtes relativement calme et serein favorisera plus facilement le dialogue.

Essayez également de repérer des moments où votre interlocuteur sera en position de recevoir votre demande : est-il ou est-elle également soumis à du stress à certains moments de la journée ou de la semaine ? Lors de cette discussion, il sera également important que vous parliez de vos points forts, si vous êtes dans cette structure c'est que vous possédez des compétences et des aptitudes, votre demande de changement aura donc pour but de valoriser ces dernières et vous permettra d'être plus épanoui. Votre demande sera perçue comme devant vous permettre d'être à nouveau pleinement consacré sur votre activité professionnelle (lors de vos temps de travail uniquement).


Vos difficultés actuelles de sont pas un signe de faiblesse


Beaucoup de personnes peuvent avoir le sentiment qu'éprouver des difficultés dans sa vie quotidienne ou au travail est un signe de faiblesse, évoquer ces difficultés serait stigmatisant : on peut craindre le jugement des autres, avoir le sentiment que nous n'avons pas réussi à dépasser ces problèmes par nous même.


Il est cependant fort probable que vous n'êtes pas l'unique responsable. Vos conditions de travail sont-elles les meilleures possibles ? Est-ce que le contexte actuel facilite votre travail ? Êtes-vous soutenu au quotidien ? Et le plus important : vos soucis actuels vous définissent-ils en tant que personne ?

Gardez à l'esprit que cet état actuel n'est pas synonyme d'incompétence et que les difficultés que vous rencontrez actuellement peuvent être passagères.


Enfin, souvenez-vous que la loi encadre les conditions de travail : l'employeur est responsable de la santé et de la sécurité des salariés.



Comment apporter son soutien ?


Il est également possible que vos collègues ou employés éprouvent des difficultés. Sans se substituer au travail du psychologue réussir à entamer la discussion peut être bénéfique.

Si demander directement "comment allez-vous" peut entrainer une réponse conventionnelle du type "je vais bien" d'autres phrases peuvent ouvrir la discussion : "Avez-vous des suggestions concernant l'organisation du travail ?", "Avez-vous rencontré des difficultés pour mener à bien vos activités dernièrement ?", "Je suis un plus fatigué que d'habitude et vous ?", etc.

Ce type de phrase va permettre de ne pas être intrusif puisqu'elles restent somme toute relativement neutres mais vont permettre de créer des échanges constructifs.

La personne aura plus facilement le sentiment que sa parole compte, qu'elle n'est pas la seule à éprouver des moments compliqués, qu'elle peut être soutenue dans son quotidien et sentir moins seule, moins stressée, moins anxieuse.



* https://www.lepoint.fr/sante/un-medecin-qui-se-rendait-dans-son-cabinet-verbalise-pour-non-respect-du-confinement-04-12-2020-2404289_40.php


** https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/04/03/le-prefet-de-police-didier-lallement-contraint-de-s-excuser-apres-un-derapage-sur-les-malades-du-covid-19_6035482_3224.html

** https://twitter.com/franceinter/status/1321718252913991680


2021 © Cédric Foucher - Psychologue Rennes - Mentions légales - Politique de confidentialité